L'Homme

débardage © Le Duc Géraldine

L'empreinte de l'Homme

 

Le paysage du Vercors, façonné par des influences naturelles, est également l'héritier d'une très longue histoire humaine qui l'a modelé au fil des siècles.

 

 

 

AlignementsVignes © Assel ChristianL'impact de l'agriculture

 

La première mainmise de l'homme sur le territoire est due à l'agriculture. En l'absence de toute intervention humaine, le Vercors serait boisé quasi intégralement.

En effet, hormis les falaises et quelques pentes très raides, en tout point du territoire, l'homme, depuis des siècles, a transformé les éléments naturels pour composer le paysage d'aujourd'hui. Sans y prendre garde, bergers et agriculteurs ont crée une mosaïque de champs et pâturages, bûcherons et charbonniers ont modifié la composition des forêts ...

En ouvrant ainsi des aires de parcours dans le dense couvert forestier, et en les maintenant ouvertes, les agriculteurs participent toujours largement à la définition du paysage du massif. L'essentiel de la mise en valeur agricole dans le Vercors aujourd'hui est le fait de l'élevage bovin. Les vaches au pré sont un tableau récurrent, tout comme les balles de foin destinées à nourrir les animaux à l'étable durant l'hiver.

brumes automnales © Herrault AlainLes premiers espaces à être restés ouverts sont les portions les plus plates qui offrent le moins de difficultés à l'exploitation, essentiellement des prés. Ces espaces sont généralement ceints de forêts dès les premières pentes. On retrouve cette organisation dans toutes les portions plates du Vercors où les hommes sont implantés : le Val de Lans, le plateau de La Chapelle-en-Vercors, celui de Vassieux-en-Vercors, les vallées de la Vernaison, celle de St Julien-en-Vercors et St Martin-en-Vercors. Cette même caractéristique se retrouve au niveau des piémonts. Si les pentes sont le royaume des forêts, les plaines et les vallées concentrent les cultures.
Toutefois, l'impact de l'agriculture est en perte constante de vitesse, et cette déprise est particulièrement manifeste dans certains secteurs comme la haute vallée de la Vernaison près de Rousset-en-Vercors. Les parties les plus en pente, autrefois près de fauche et pâturages, retournent progressivement à la friche avec les espèces pionnières - églantiers, genévriers - qui colonisent l'espace avant le retour de la forêt.