Fiche botanique

Description botanique d'après le CBNA :

    • hauteur 20 à 50 cm
    • tiges glabres, dressées
    • une seule fleur jaune, lavée de vert à l'extérieur, penchées, dressées à la floraison, assez grandes

 

 

 

  • feuilles 2 à 4 feuilles lancéolées
  • tépales pointus, très inégaux et barbus au sommet
  • sépales lancéolés, glabres ou légèrement pubescents à la base
  • pétales plus longs sont ovales, lancéolés et ciliés sur les bords
  • étamines avec des filets barbus à leur base et des anthères jaunes
  • capsule ovale, plus longue que large

Fiche récapitulative  :

  • Espèce bulbeuse vivace
  • Nom scientifique : Tulipa sylvestris sous-espèce sylvestris
  • Famille : Liliacées (à compléter)
  • Genre : Tulipa
  • Espèce : Tulipa sylvestris
  • Sous-espèce : Tulipa sylvestris sylvestris
  • Habitat : espèce végétale des terres cultivées comme les vignes, les lavandes ou les moissons
  • Floraison : de mi-avril à début mai

Reproduction :

  • Elle est essentiellement par mode végétatif via la production de bulbilles, ces derniers donnant naissance à de nouveaux bulbes.
  • Un mode de reproduction sexuelle existe aussi via la pollinisation qui est assurée par les insectes.

C'est une espèce allogame c'est-à-dire que la fécondation ne peut avoir lieu qu'entre individus différents. A partir d'une graine, il faut attendre au minimum cinq ans pour obtenir un bulbe ayant la capacité de fleurir.

 

Protection :

Bien qu'elle soit intégralement protégée au niveau national (Arrêté du 31 août 1995 portant modifications de l'arrêté du 20 janvier 1982 relatif à la liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire), elle figure en tant que taxon à surveiller sur la liste nationale des taxons messicoles. Elle est également inscrite sur le tome 2 du Livre Rouge national des espèces menacées en projet et sur les Livres Rouges des régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Répartition :

Malgré le fait qu'elle soit présente sur une grande partie du territoire français (implantée de l'Ain et la Haute-Savoie aux Bouches-du-Rhône et au Var), elle y est assez rare. La Drôme est le seul département ne présentant pas de dynamique régressive de l'espèce. Les plus importantes populations y sont trouvées notamment sur le territoire de la commune de Die qui accueille près de 900 000 individus.