. .
le gaspillage alimentaire
ADIR FNCIVAM AFIP / 4
Un autre développement
Dans le pays de Redon, la communauté de communes a initié il y a un an une démarche de sensibilisation et de réduction des déchets issus de la restauration collective
AFIP / 2
Le magazine Transrural Initiatives revient sur l'arrivée en France il y a 2 ans des Incroyables Comestibles. L'expérience conquiert un nombre croissant de plates-bandes et remet en question la place de notre alimentation et son accessibilité.
Samedi 1er mars 10h, une poignée de gens motivés se retrouve dans un centre social du XXe arrondissement. L’objectif ? Planter des semis de légumes gratuits et en libre-service pour lancer l’initiative Incroyables Comestibles dans cet arrondissement parisien. Le centre social La 20ème chaise, situé rue des amandiers, a accepté de se prêter à l’expérimentation en laissant libre accès à sa cour.
Comité Français pour la solidarité internationale


Retrouvez dans cette rubrique une sélection des meilleurs films documentaires sur les enjeux agricoles et alimentaires. Durée, synopsis, avis du comité de sélection ALIMENTERRE, conditions d'utilisation ou à défaut, contact de la production, bande-annonce, vous saurez tout en consultant la page d’un film.

Les films sélectionnés pour le Festival ALIMENTERRE ont des fiches pédagogiques qui vous aident à préparer une séance de projection avec débat.
Comité Français pour la solidarité internationale
Direction régionale de l'Agriculture de l'Alimentation et de la Foret Rhone Alpes Manzon Elisabeth
Diaporam support de présentation lors d'une intervention organisée par le CNFPT de Lyon
CIVAM Fondation Nicolas Hulot pour la nature et pour l'Homme / 80
A l'attention des collectivités et des entreprises
L’objectif de ce guide est de proposer aux collectivités territoriales et aux entreprises une vision globale de la mise en place d’un projet de restauration collective responsable. Il ne s’agit pas de proposer un projet « clé en main » - celui-ci n’existe pas - mais un ensemble de thématiques communes aux projets, les grandes étapes méthodologiques et des expériences menées sur le territoire français qui illustrent des approches à la fois différentes et complémentaires.
Le contenu des fiches qui composent ce guide n’est pas exhaustif et est appelé à évoluer et à être actualisé.
C’est avant tout un outil pratique, proposant pistes et contacts pour vous accompagner dans la recherche d’informations détaillées et, nous le souhaitons, dans votre engagement vers une restauration collective responsable.
Anis Etoilé (Agriculture-Nutrition- Interculturel-Solidarité) / 16
Associations d’éducation à la santé et/ou au développement durable, services ou relais petite enfance de collectivités territoriales, crèches parentales, conseillères en économie sociale et familiale… vous souhaitez mener une action de sensibilisation sur le thème alimentation saine et durable auprès des assistantes maternelles de votre territoire ?
Nos retours d’expériences, issus de la formation-action menée auprès de six RAM sur le territoire du Contrat Local de Santé de Thiers Ambert en 2015, nous ont permis de réaliser cette fiche repère.
Nous vous proposons quelques conseils et indications sur les facteurs facilitant et limitant pour mener une action similaire.
Nous espérons que cette fiche vous permettra de démarrer votre projet.
CIVAM CODES 66 / 48
Ce guide est le résultat des actions menées dans le cadre du projet « Plaisir, santé et nature dans ton assiette » par les associations CIVAM Bio 66, CODES 66, Jardin École de Slow Food, Nature et Progrès 66/Terres Vivantes et Slow Food Roussillon, Financé par l’Agence Régionale de Santé Languedoc-Roussillon (ARS LR), Le Conseil général des Pyrénées-Orientales et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt Languedoc-Roussillon (DRAAF LR), il s’est déroulé durant l’année scolaire 2012-2013 sur trois sites des Pyrénées Orientales.
En 2010, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales avait initié une réflexion sur l’alimentation du jeune enfant dans les structures d’accueil en interrogeant les professionnels de la petite enfance et les élus des communes. Ils avaient exprimé à cette occasion leur volonté d’avancer sur cette question au sein de leurs structures sans pour autant en avoir les moyens (matériels, humains, formations et informations). Différentes associations oeuvrant au niveau départemental dans le champ de l’alimentation avaient alors proposé de se concerter pour concevoir un projet global d’intervention auprès des structures de la petite enfance. C’est ainsi qu’est né le projet « Plaisir, santé et nature dans ton assiette » visant aussi bien les élus et les professionnels, que les parents et les enfants. Celui-ci a permis de répondre à un double objectif :
- accompagner les professionnels de la petite enfance dans leur volonté d’agir au sein de leur structure pour une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement.
- développer une collaboration étroite entre les acteurs du monde associatif oeuvrant autour de l’alimentation, mettant en commun leurs compétences et expertises, pour une plus grande cohérence sur le terrain.
Direction régionale de l'Agriculture de l'Alimentation et de la Foret Rhone Alpes / 129
Guide pratqiue et règlementaire
Ce guide a été élaboré par la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) de Rhône-Alpes, dans le cadre de la déclinaison régionale de la politique publique de l’alimentation (Programme National pour l’Alimentation - PNA). Lutter contre le gaspillage alimentaire et aussi améliorer, en quantité comme en qualité, l'alimentation des personnes les plus précaires font partie des objectifs du PNA.
Ainsi, ce guide présente aussi l’ensemble des textes réglementaires sanitaires qui s’appliquent aux denrées alimentaires dans le secteur de la restauration collective et aux procédures de dons ; nos remerciements s’adressent également aux personnels de services départementaux de protection des populations des Bouches du Rhône, du Rhône et de Savoie, en charge des contrôles sanitaires de la restauration collective qui ont accompagné des projets de partenariats entre restaurants et associations d’aide alimentaire et qui nous en ont expliqué les contraintes. La Direction générale de l’Alimentation du ministère en charge de l’Alimentation a également apporté une contribution significative par la validation de tous les aspects réglementaires.

Le présent guide s’adresse aux restaurants ainsi qu’aux associations d’aide alimentaire.
- Il présente les différents arguments en faveur de dons, en particulier dans le contexte de la lutte contre le gaspillage alimentaire, de la loi « biodéchets » et des besoins croissants de denrées des associations, en particulier en produits frais.  Il détaille la réglementation sanitaire spécifique au secteur de la restauration collective et aux denrées alimentaires et son application en cas de dons.
- Il met l’accent sur les conditions de réussite des partenariats mis en place, en insistant sur la question de la responsabilité en cas d’intoxication alimentaire liée à des denrées données.
- Enfin, la partie 4 présente des retours d’expérience de partenariats entre restaurants et des associations d’aide alimentaire.
Groupement des Epiceries Sociales et Solidaires Rhône-Alpes / 74
Guide pratique Edition 2014
CE GUIDE S’ADRESSE AUX ÉPICERIES SOCIALES ET SOLIDAIRES qui souhaitent optimiser leur approvisionnement en fruits et légumes.
Parti d’une demande exprimée par les épiceries sociales et solidaires, le GESRA (Groupement des Epiceries Sociales et Solidaires en Rhône-Alpes) a réalisé ce guide avec les soutiens technique et financier de la DRAAF Rhône-Alpes.
Depuis plus de 10 ans, les épiceries sociales et solidaires sont un modèle innovant dans le paysage de l’aide alimentaire. On parle d’accès à l’alimentation. Elles permettent en effet :
- d'accéder à l'alimentation contre une participation financière,
- d'accompagner les publics bénéficiaires vers l'autonomie économique et sociale.
Les personnes, les produits et le territoire d’implantation sont les trois piliers indissociables des épiceries sociales et solidaires.
S’alimenter répond à un besoin vital, mais est indissociable des liens humains qui impliquent de prendre en compte des besoins de dignité, de respect, de sens, de reconnaissance. En ce sens, s’alimenter est aussi un acte social et culturel.
Les publics des épiceries sociales et solidaires sont reconnus comme des consommateurs. Ils sont acteurs par leur choix et leur participation. Construire avec eux une démarche pour accéder à des produits de meilleures qualités, c’est favoriser l’autonomie, renforcer l’auto-estime et améliorer l’état de santé.
Cette transformation sociale passe par une double action des épiceries, d’une part sur l’offre de fruits et légumes et d’autre part, sur les habitudes des usagers.
Ce guide propose des fiches pratiques et retours d’expériences pour accompagner les épiceries sociales et solidaires dans cette démarche.
Union des métiers et des indutries de l'hôtellerie / 14
Pour réduire le gaspillage dans les restaurants.
Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie / 13
Pour une consommation alimentaire plus durable
Il faut manger POUR VIVRE…
Manger est une nécessité au quotidien. C’est aussi un facteur de santé et de plaisir, une pratique porteuse d’enjeux culturels, qui doit être accessible économiquement et de bonne qualité sanitaire.
Les pratiques alimentaires dépendent de l’organisation des modes de vie et de leurs rythmes, de l’histoire collective et des histoires de chacun dans le rapport à la nourriture, du niveau d’information des consommateurs… Elles évoluent, comme le montrent les changements dans l’alimentation des Français ces 50 dernières années.
Mais l’alimentation génère aussi des impacts envi ronnementaux importants : le quart des gaz à effet de serre que nous produisons provient de nos assiettes au travers de la production, de la distribution et de la consommation de nourriture. La demande alimentaire augmente régulièrement partout, le gaspillage aussi.
L’enjeu aujourd’hui ? S’engager dans une consommation alimentaire meilleure pour soi et pour l’environnement.
Le rôle du consommateur y est complémentaire de celui des autres acteurs (agriculteurs, producteurs, distributeurs…), qui s’engagent à vos côtés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. La Loi pour la Transition énergétique précise le rôle de chacun. Elle prévoit notamment la mise en place de mesures concrètes dans la restauration collective publique
dès le 1er septembre 2016.
Entre état des lieux et pistes d’action, ce guide vous aidera à entamer, à poursuivre… ou à partager votre démarche afin de manger mieux et de gaspiller moins.
Banque Alimentaire des Bouches du Rhône / 44
Accommoder les restes
Chaque Français jette en moyenne 20 kilogrammes de nourriture par an, ce qui représente environ 400 euros pour une famille de 4 personnes.
Dans le cadre de la lutte contre le gaspillage alimentaire, le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt nous incite à appliquer ces quelques recommandations :
- Vérifier la date limite de consommation ou d’utilisation optimale,
- acheter les produits réfrigérés en dernier,
- respecter la chaîne du froid,
- ranger de façon optimale le réfrigérateur,
- congeler pour mieux conserver les aliments,
- cuisiner des quantités adaptées au nombre de personnes à table,
- accommoder les restes.
Afin de vous accompagner dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, la Banque Alimentaire des Bouches du Rhône met à votre disposition ce livret de recettes simples, bonnes et peu onéreuses pour utiliser les restes et réaliser de bons petits plats pour presque rien.
Du temps de nos grands-parents, on ne jetait rien, il y avait toujours une solution pour finir les restes.
Ministere de l'artisanat, du commerce et du tourisme / Ministere de l'artisanat, du commerce et du tourisme / 16
Donnez plusieurs vies à vos produits
Le développement durable est une notion souvent galvaudée, aussi il n’est pas inutile d’en rappeler la définition : “ Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ” .
Cette définition a été proposée dès 1987 par la Norvégienne Gro Harlem Bruntland dans un rapport commandé par l’ONU et intitulé “ Notre avenir à tous ” .
Comment ne pas souscrire à une telle déclaration !
Dans le même temps, la difficulté est dans la mise en oeuvre. On oublie trop souvent que le développement durable s’appuie sur 3 volets : l’environnement, l’équité sociale, mais aussi l’économie. Sans entreprises viables, il ne peut y avoir production des biens nécessaires à la collectivité humaine.
Aussi, j’ai demandé au Pôle d’innovation de l’INBP de rédiger 4 mémentos qui vous permettront d’agir en ce domaine.
Ils s’inscriront dans une collection intitulée “ Sur le terrain, être boulanger aujourd’hui ” .
Le premier vous apportera des conseils sur la procédure à suivre pour répondre à des appels d’offres publics.
La boulangerie de proximité a une vraie légitimité à fournir des collectivités et il serait dommage de se priver de ce marché par une méconnaissance des règles de soumission.
Le second portera sur le don à des organismes caritatifs.
Le gaspillage alimentaire est un vrai problème au niveau européen. Les entreprises alimentaires de proximité ont de bonnes performances dans ce domaine par rapport à des productions de masse. Toutefois, dans cette période de difficultés économiques, les boulangers peuvent mettre en place des pratiques qui répondent à un besoin et contribuent à la responsabilité
sociale de l’entreprise tout en justifiant fiscalement les pertes.
Les deux derniers seront consacrés au volet environnemental et notamment aux emballages bio dégradables pour la restauration rapide. À partir de conseils simples et concrets, vous pourrez agir, mais aussi communiquer auprès de votre clientèle. Une grande enquête réalisée en novembre 2012 par les fabricants d’emballage et France Nature Environnement a montré combien les consommateurs sont en attente d’informations sur ce sujet. Il ne faut donc pas manquer cette occasion de valoriser l’entreprise.
Les boulangers, par leur production locale, leur sens de l’économie et leur proximité avec la clientèle pratiquent déjà le développement durable sans en être toujours conscients. Compte tenu de ces atouts, il serait dommage de ne pas aller plus loin et de ne pas communiquer sur ce sujet.
Georges Bernard Shaw disait que “ Dans la vie, il y a deux catégories d’individus : ceux qui regardent le monde tel qu’il est et se demandent pourquoi. Ceux qui imaginent le monde tel qu’il devrait être et se disent : pourquoi pas ? ”
Les boulangers ont toujours été des entrepreneurs qui se sont dit “ pourquoi pas ? ” .
Pour prolonger cette dynamique, ces 4 mémentos concrets et pratiques vous apporteront des outils.
Latitudes jeunes / 68
Le Guide-Repères se veut très concret. Son but est d’amener les équipes à une nouvelle réflexion concernant l’alimentation, à initier un dialogue sans tabou et à oser aborder l’alimentation avec les jeunes ainsi qu’avec tous les acteurs en lien.
Ci-dessous, vous trouverez la structure du Guide-Repères, les différentes illustrations et pictogrammes :
- Des situations vécues:
Ces situations ont été rencontrées dans les centres de vacances ou dans des structures d’accueil extrascolaire, mais pourraient se transposer dans n’importe
quelle collectivité.
- Sous le coup de l’émotion :
Cette partie décrit le ressenti et les réactions des différents intervenants lorsqu’ils ont été confrontés à ces situations.
- Modèles éducatifs, d’autres postures :
Nos représentations individuelles des temps de repas et de la nourriture influencent nos pratiques pédagogiques. Celles-ci ont été déclinées dans un modèle à 7 couleurs.
- Une piste pour exploiter le concept des modèles éducatifs :
Une proposition pour les coordinateurs, responsables de projet ou formateurs qui souhaitent s’appuyer sur les modèles éducatifs pour y réfléchir avec leur équipe.