. .
Equilibre alimentaire
WWF / Comité Français pour la Solidarité Internationale
Mieux manger en 6 gestes
Conso-guide pour une alimentation respectueuses de la nature et des hommes

Et s’il était facile de réconcilier plaisir et responsabilité ?

« Alors que près d’un milliard d’êtres humains, dont 75% sont des paysans, ne mangent pas à leur faim, 30% de la nourriture produite sur notre planète est gaspillée ou perdue (rapport FAO). »

Contrairement aux idées reçues, il est possible de nourrir tous les habitants de la planète sans nuire ni à notre environnement ni à nos conditions de vie.

Outre les inégalités sociales qu’il génère, notre système agricole et alimentaire a des impacts négatifs sur l’environnement et la santé, et de façon plus générale, sur notre qualité de vie. Pourtant, des alternatives existent, qui permettent de subvenir à nos besoins alimentaires dans le respect de la nature et des hommes.

Et c’est précisément pour faire connaître ces solutions que le WWF France, le CFSI, Max Havelaar France, le RES et Slow Food ont décidé de s’allier pour lancer la campagne "Goûtons un monde meilleur".
AFIP / 2
Le magazine Transrural Initiatives revient sur l'arrivée en France il y a 2 ans des Incroyables Comestibles. L'expérience conquiert un nombre croissant de plates-bandes et remet en question la place de notre alimentation et son accessibilité.
Samedi 1er mars 10h, une poignée de gens motivés se retrouve dans un centre social du XXe arrondissement. L’objectif ? Planter des semis de légumes gratuits et en libre-service pour lancer l’initiative Incroyables Comestibles dans cet arrondissement parisien. Le centre social La 20ème chaise, situé rue des amandiers, a accepté de se prêter à l’expérimentation en laissant libre accès à sa cour.
Comité Français pour la solidarité internationale
Diverses cartes sur l'alimentation dans le monde
Comité Français pour la solidarité internationale


Retrouvez dans cette rubrique une sélection des meilleurs films documentaires sur les enjeux agricoles et alimentaires. Durée, synopsis, avis du comité de sélection ALIMENTERRE, conditions d'utilisation ou à défaut, contact de la production, bande-annonce, vous saurez tout en consultant la page d’un film.

Les films sélectionnés pour le Festival ALIMENTERRE ont des fiches pédagogiques qui vous aident à préparer une séance de projection avec débat.
CIVAM Fondation Nicolas Hulot pour la nature et pour l'Homme / 80
A l'attention des collectivités et des entreprises
L’objectif de ce guide est de proposer aux collectivités territoriales et aux entreprises une vision globale de la mise en place d’un projet de restauration collective responsable. Il ne s’agit pas de proposer un projet « clé en main » - celui-ci n’existe pas - mais un ensemble de thématiques communes aux projets, les grandes étapes méthodologiques et des expériences menées sur le territoire français qui illustrent des approches à la fois différentes et complémentaires.
Le contenu des fiches qui composent ce guide n’est pas exhaustif et est appelé à évoluer et à être actualisé.
C’est avant tout un outil pratique, proposant pistes et contacts pour vous accompagner dans la recherche d’informations détaillées et, nous le souhaitons, dans votre engagement vers une restauration collective responsable.
VETAGRO Sup Ecole nationale des services vétérinaires / 93
La restauration collective Garant de la santé de ses convives
Les enjeux sanitaires : obligations réglementaires (sanitaires, nutritionnelles…) en restauration collective.
Transparence et information des convives : réglementation, affichage, traçabilité.
La restauration collective Garant de la santé de ses convives
Les enjeux sanitaires : obligations réglementaires (sanitaires, nutritionnelles…) en restauration collective.
Transparence et information des convives : réglementation, affichage, traçabilité.
Resolis / 56

Ce numéro spécial « Systèmes alimentaires territorialisés en France, 100 initiatives locales pour une Alimentation Responsable et Durable » propose d’aborder la question de l’alimentation depuis l’échelle locale. Notre alimentation est aujourd’hui largement mondialisée. La mondialisation du système alimentaire a certes apporté aux consommateurs des avantages en termes de facilité d’accès aux aliments, de coût de l’alimentation, de standardisation des produits alimentaires et de sécurité sanitaire. Néanmoins, cette mondialisation, c’est-à-dire l’avancée d’une production, d’une distribution et d’une consommation de masse, a des impacts sociaux, environnementaux
et culturels fortement négatifs. Du point de vue de l’intérêt général, le bilan de ce système alimentaire mondialisé (SAM) est loin d’être aussi positif que les grands acteurs nanciers, qui le pilotent, le prétendent. Outre sa fonction nourricière, l’alimentation est à la croisée de quelques-uns des grands dé s actuels : gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement, promotion d’activités économiques locales et développement territorial, création d’emplois et distribution de revenus...
Pour introduire les initiatives locales d’ARD, le Professeur Rastoin, qui est l’un des pères de la notion de « système alimentaire territorialisé » (SAT), nous présente son analyse de l’évolution de notre alimentation de ces dernières décennies et nous dit le besoin pour nos environnements, nos territoires et nos collectivités de mieux équilibrer les poids respectifs entre le SAM et des SAT nombreux et diversi és. Comme il nous le dit, une question ne fait plus débat, celle de la nécessaire articulation entre systèmes alimentaires, développement local et gouvernance territoriale. Les régions de France et du Monde sont bien placées pour apprécier ce qui est bon pour leurs territoires, les économies locales qui s’y développent et les collectivités qui y vivent. Entre la production agricole et la consommation alimentaire se trouve une bonne partie du PIB et de l’emploi régional. C’est aussi entre ces deux piliers de l’activité économique régionale que se joue la qualité de nos environnements. L’Organisation des régions unies (ORU-FOGAR), qui compte dans ses rangs plus de 700 régions du monde, et l’Association des régions de France (ARF) ont pris clairement position.
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments / 35
Manque de temps, urbanisation, motorisation, écrans... nos modes de vie nous encouragent de moins en moins à être actif. Et pourtant « Bouger », comme « bien manger », est un facteur essentiel de protection contre les maladies cardio-vasculaires, divers cancers, le diabète, l'ostéoporose ou encore la prise de poids. Au moins l'équivalent de 30 minutes de marche rapide chaque jour, c'est ce que recommande le PNNS* pour protéger votre santé. 30 minutes, c'est beaucoup pour votre santé, ce n'est pas grand-chose pour vous et ce guide est là pour vous le prouver. Vous y découvrirez, en fonction de votre personnalité et de votre mode de vie, de multiples façons d'intégrer ces 30 minutes d'activité physique dans votre quotidien, sans contraintes ni bouleversement de vos habitudes. Vous serez peut- être même surpris par la simplicité des solutions qui vous sont proposées et par le plaisir que vous trouverez à prendre votre santé en main.

Dans la même collection
*Programme national nutrition-santé
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments / 28
Manger, vous le faites tous les jours, sans forcément y penser. Pourtant, pour être en forme, bien grandir, bien réfléchir, être bien dans sa peau et ne pas grossir, il est important de choisir ce que vous décidez de mettre dans votre assiette...
C’est compliqué ? Pas tant que ça !
Faire les bons choix, c’est manger de tout, soit un peu, soit beaucoup, selon le type d’aliments...
C’est faire le plein de fruits, de légumes, de produits laitiers et de féculents (pain, riz, pâtes...),
c’est diminuer les sucreries et les viennoiseries (croissants, pains au chocolat...) au quotidien, mais s’accorder de temps en temps un bon gâteau au chocolat...
C’est aussi bouger tous les jours, parce qu’en restant toute la journée derrière son ordinateur ou devant la télé, on ne se dépense pas assez, on a tendance à grignoter, et on risque de grossir...
Ce petit guide va vous donner toutes les clés pour bien manger, en vous faisant plaisir et sans vous priver !
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments / 64
Manger et bouger font partie des plaisirs de la vie... et jouent un rôle très important sur votre santé. À partir de 55 ans, il existe des recommandations spécifiques concernant l’alimentation et l’activité physique, qui vous permettront de continuer à vivre en forme. Ce guide, élaboré dans le cadre du Programme national nutrition-santé, vous propose des repères de consommation simples, de nombreux conseils et astuces, et des recettes pour tous les jours.
Vous trouverez dans ce guide des repères de consommation, de nom- breux conseils et astuces, des menus et des recettes faciles pour bien manger tous les jours. Vous pouvez aussi vous reporter au site mangerbouger.fr, rubrique La Fabrique à menus. Vous pouvez lire égale- ment La santé vient en mangeant, le guide alimentaire pour tous.
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments / 68
Il n’est pas toujours facile de conserver le plaisir de manger et de bouger lorsque le vieillissement et les problèmes de santé influent sur la façon de s’alimenter et sur la forme physique. Or aider une personne âgée à maintenir la qualité de son alimentation et à faire de l’activité physique est très important en termes de qualité de vie.
Si vous êtes un proche – conjoint, enfant, membre de la famille, ami – ou si vous êtes un aidant professionnel, ce guide est fait pour vous. Vous y trouverez des informations, de nombreux conseils pratiques et des recettes pour accompagner au mieux les personnes âgées qui en ont besoin dans leur vie quotidienne.
Ce guide s’inscrit dans une collection validée par les pouvoirs publics dans le cadre du Programme national nutrition-santé.
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments / 2
Mémo nutrition au quotidien à sckotcher sur le frigo
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments / 40
Une alimentation variée et équilibrée et une activité physique quoti- dienne sont très importantes pour la santé. Tout au long de votre grossesse, une alimentation appropriée vous permet non seulement de couvrir vos besoins nutritionnels mais aussi ceux de votre bébé, et favorise sa croissance harmonieuse.
Vous trouverez dans ce guide des informations et des conseils simples à suivre pour allier plaisir et santé au quotidien, en tenant compte de vos habitudes de vie et de vos contraintes.
Un tableau vous donne tous les repères de consommation conseillés au quotidien ; vous le trouverez en n de brochure, page 38. Ce sont les mêmes recommandations que pour tout adulte (excepté en ce qui concerne l’alcool), mais il existe cependant des conseils spéci ques à votre situation de future maman et des précautions à prendre avec certains aliments.
Il peut être nécessaire de compléter ce que vous mangez en prenant des suppléments médicamenteux, mais c’est avec votre médecin ou votre sage-femme qu’il faut
voir ce qui est adapté à votre situation.
Votre grossesse va par ailleurs vous rendre particulièrement attentive à votre hygiène de vie (alcool et tabac notamment) et à respecter des règles simples d’hygiène sanitaire a n de prévenir au maximum les risques d’infection.
Ce guide aborde aussi les troubles digestifs que vous pouvez rencontrer, la prévention des allergies, etc. N’hésitez pas, de toute façon, à consulter le professionnel de santé qui vous suit.
Il ne faut pas non plus oublier l’activité physique, élément essentiel au quotidien pour un bon équilibre nutritionnel !
Ministère en charge de la santé / 2
Les fruits et légumes c'est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu'on ne le croit...
Ministère en charge de la santé / 2
Les féculents? Généralement tout le monde les aime... Mais savez-vous vraiment qui ils sont et à quel point ils sont bons pour vous?
Ministère en charge de la santé / 2
Pour rester en bonne santé, limiter sa consommation de produits sucrés est essentiel...
Faut-il pour autant renoncer à toute gourmandise?
Heureusement non...
Ministère en charge de la santé / 2
Bouger plus chaque jour, c'est possible...
et cela peut très vite devenir un plaisir!
Ministère en charge de la santé / 2
La viande, le poisson et les oeufs sont des éléments essentiels de notre alimentation.
Il est conseillé d'en consommer une à 2 fois par jour.
Ministère en charge de la santé / 2
Pour rester en bonne santé, l'eau est la seule boisson nécessaire. Pourquoi? Comment?
Ministère en charge de la santé / 2
Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n’est pas compliqué!
Ministère en charge de la santé / 2
Le sel, il en faut un peu, mais pas trop!
Ministère en charge de la santé / 2
Pour protéger sa santé, il est conseillé de limiter sa consommation de matières grasses!
Direction départementale de la protection des populations Service sécurité des produits alimentaires Association Education Santé Drôme / 51
Compte-rendu de l ajournée du 11 mai 2011 au lycée ahgricole du Valentin
départemental, des actions de promotion de la santé, s’est intéressée de manière évidente depuis très longtemps à l’alimentation.
En effet, la promotion de la santé comprend l’ensemble des facteurs qui concourent à notre bien être.
Aujourd’hui, l’alimentation et l’activité physique sont devenues une préoccupation de santé publique, devant l’augmentation des pathologies liées à l’alimentation déséquilibrée et à la sédentarité. Avec les lois de Jules Ferry, rendant l’école gratuite et laïque, le repas hors de l’espace familial est devenu une nécessité pour les enfants, que ce soit à la campagne, avec l’éloignement ou à la ville, avec le travail des parents, ou en lien avec leur indigence. Aucun texte ne venant structurer ce temps de midi, les cantines se sont développées en fonction des opportunités et des moyens locaux.
A l’heure actuelle, après bien des actions et des écrits, la restauration scolaire et donc le temps de la pause méridienne sont toujours considérés comme un service rendu, sous la responsabilité unique des communes. L’alimentation des enfants scolarisés interpelle tout le monde, parents, élus, médecins, ….et l’équilibre des menus scolaires est bien souvent dans le collimateur des médias ! Beaucoup de critiques, d’inquiétudes, de remarques sont faites à ce sujet, on parle de la mauvaise qualité de nombreuses cantines, pourtant, que de chemin parcouru depuis la gamelle de soupe qui réchauffait sur le poêle de la classe !
L’acte alimentaire est un acte complexe.
Si manger est instinctif, ingurgiter des calories tel un robot ne satisfait pas pleinement l’individu !
Ce ne sont pas les habitants d’un pays qui a inscrit le repas gastronomique français au patrimoine mondial de l’Unesco qui me contrediront ! Manger, c’est aussi avoir du Plaisir, ou devrais- je dire, des Plaisirs : Plaisir de faire, d’offrir, de découvrir, de saliver, de déguster, d’échanger, de comparer…..
Comment, en collectivité, permettre aux jeunes convives de vivre harmonieusement ce temps consacré au repas et aux loisirs ?
Moment de socialisation, d’éducation, de responsabilisation, d’épanouissement, encadré par des adultes aux compétences et aux missions différentes, comment la pause méridienne peut- elle être aussi un moment d’échanges, de plaisir, et de repos ? Comment l’organisation réfléchie en équipe, mettant en adéquation les besoins physiologiques des enfants (respect des rythmes, besoins nutritionnels…) et les désirs des adultes, aux prises avec les textes, et leurs désirs d’éducation, peut être gage d’amélioration
au bénéfice direct des enfants ? Mais améliorer la qualité de la pause méridienne passe nécessairement par la confrontation de nombreux enjeux : enjeux politiques de santé, enjeux de sécurité et d’hygiène, enjeux éducatifs prenant en compte les rythmes de vie de l’enfant, enjeux sociaux et citoyens,
enjeux liés au plaisir pour que la pause soit avant tout un moment de détente. On sait combien ces enjeux sont souvent difficilement conciliables et que le fait de recommander telle ou telle préconisation vertueuse laissent bien souvent ceux qui doivent les mettre en oeuvre dans le désarroi.
Anis Etoilé (Agriculture-Nutrition- Interculturel-Solidarité) / 16
Associations d’éducation à la santé et/ou au développement durable, services ou relais petite enfance de collectivités territoriales, crèches parentales, conseillères en économie sociale et familiale… vous souhaitez mener une action de sensibilisation sur le thème alimentation saine et durable auprès des assistantes maternelles de votre territoire ?
Nos retours d’expériences, issus de la formation-action menée auprès de six RAM sur le territoire du Contrat Local de Santé de Thiers Ambert en 2015, nous ont permis de réaliser cette fiche repère.
Nous vous proposons quelques conseils et indications sur les facteurs facilitant et limitant pour mener une action similaire.
Nous espérons que cette fiche vous permettra de démarrer votre projet.
CIVAM CODES 66 / 48
Ce guide est le résultat des actions menées dans le cadre du projet « Plaisir, santé et nature dans ton assiette » par les associations CIVAM Bio 66, CODES 66, Jardin École de Slow Food, Nature et Progrès 66/Terres Vivantes et Slow Food Roussillon, Financé par l’Agence Régionale de Santé Languedoc-Roussillon (ARS LR), Le Conseil général des Pyrénées-Orientales et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt Languedoc-Roussillon (DRAAF LR), il s’est déroulé durant l’année scolaire 2012-2013 sur trois sites des Pyrénées Orientales.
En 2010, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales avait initié une réflexion sur l’alimentation du jeune enfant dans les structures d’accueil en interrogeant les professionnels de la petite enfance et les élus des communes. Ils avaient exprimé à cette occasion leur volonté d’avancer sur cette question au sein de leurs structures sans pour autant en avoir les moyens (matériels, humains, formations et informations). Différentes associations oeuvrant au niveau départemental dans le champ de l’alimentation avaient alors proposé de se concerter pour concevoir un projet global d’intervention auprès des structures de la petite enfance. C’est ainsi qu’est né le projet « Plaisir, santé et nature dans ton assiette » visant aussi bien les élus et les professionnels, que les parents et les enfants. Celui-ci a permis de répondre à un double objectif :
- accompagner les professionnels de la petite enfance dans leur volonté d’agir au sein de leur structure pour une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement.
- développer une collaboration étroite entre les acteurs du monde associatif oeuvrant autour de l’alimentation, mettant en commun leurs compétences et expertises, pour une plus grande cohérence sur le terrain.
Ministère de l'économie de l'industrie et du numérique / 123
Afin d’aider les acheteurs publics à élaborer le cahier des charges de leurs contrats de restauration collective, le groupe permanent d’étude des marchés de denrées alimentaires (GPEM-DA) a rédigé en 1999 une recommandation relative à la nutrition.
Le groupe d’étude des marchés de restauration collective et nutrition (GEM-RCN), successeur du GPEM-DA, a mis à jour la recommandation en mai 2007 puis aux dates suivantes :
- juin 2011, pour tenir compte des avancées que les travaux de réglementation de la nutrition scolaire1 et assurer ainsi la concordance entre réglementation d’application obligatoire et recommandation du GEM-RCN d’application volontaire ;
- octobre 2011, pour prendre en compte les spécificités alimentaires et nutritionnelles des populations d’outre-mer ;
- août 2013, pour mieux assurer la concordance entre la recommandation, la réglementation en milieu scolaire et le Questions/réponses destiné aux gestionnaires sur les règles nutritionnelles en restauration scolaire de la Direction générale de l'alimentation (DGAL)2.
La présente recommandation met à jour la recommandation d’août 2013 pour tenir compte des connaissances actualisées des besoins des convives de la restauration collective.
Afin de faciliter l’application de cette recommandation couvrant toutes les populations, le GEM-RCN décide de mettre à la disposition des professionnels de la restauration collective six fiches.
Chaque fiche synthétise les points fondamentaux de la recommandation sur les thèmes suivants : plats protidiques, produits laitiers dont les desserts lactés, petite enfance, milieu scolaire, personnes âgées et milieu carcéral. Elles proposent également des conseils pratiques de nature à aider les professionnels.
La présente recommandation et les fiches3 seront mises à jour après la révision des repères de consommation (Programme national nutrition santé (PNNS 4)).
Pour la population scolaire, comme pour l’ensemble des populations nourries en collectivité, les recommandations du GEM-RCN demeurent un guide pratique permettant de veiller à la qualité nutritionnelle des repas servis.
Cette recommandation ainsi que les six fiches thématiques qui l’accompagnent s’inscrivent dans les orientations du Programme national nutrition santé n° 3 et du plan de lutte contre l’obésité. Elles intègrent également les priorités du Programme National pour l’Alimentation présenté en décembre 2014, parmi lesquelles trois objectifs sont recherchés, à savoir :
1. favoriser les productions issues de l’agriculture biologique ;
2. renforcer l’ancrage territorial de notre alimentation afin de remettre les productions locales au coeur des territoires en développement l’approvisionnement par les circuits courts ;
3. lutter contre le gaspillage alimentaire.
Culture et santé / 28
une animation sur les dimensions culturelles de l’alimentation
Quel est le point commun entre les noms et l’alimentation ? Tous deux sont universels. Tous les humains portent un nom, tous les humains mangent. Ce sont des fondamentaux culturels, qui nous relient au monde et aux autres. Ce sont donc deux thématiques sur lesquelles, généralement, chacun a quelque chose à raconter, à partager. Nous avons pu précédemment vous proposer un guide d’animation autour des prénoms (Prénom’anim). C’est dans ce même esprit que nous vous invitons, à travers le présent guide, à creuser avec vos groupes la question de l’alimentation, car l’alimentation, comme les prénoms, est porteuse de sens et vecteur d’identité individuelle et collective.
Dans la préface du livre de Massimo Montanari, Le manger comme culture1, l’historien Jean-Pierre Devroey écrit :
« Le manger est culture, parce qu’il a inventé et transformé le monde. Il est culture quand il est produit, quand il est préparé et quand il se consomme. Il est le fruit de
notre identité et un instrument pour l’exprimer et la communiquer. […] Chacun des actes liés au manger - même le plus simple et le plus quotidien - porte avec lui une histoire qui exprime une culture complexe. »
Voici qui résume bien notre postulat de départ. Abordée de manière ludique et conviviale, l’alimentation est ici prétexte pour faire connaissance. En effet, à travers ce guided’animation, nous vous proposons d’en explorer les dimensions identitaires, symboliques et culturelles au sens large.
Diffu'sciences / 40
En tant qu’enseignant(e)s, vous êtes les personnes les plus aptes à éduquer les jeunes à une alimentation équilibrée et à une hygiène de vie saine. Ce guide va vous aider à susciter les réflexions chez l’enfant et à promouvoir ces principes. A travers ce dossier pédagogique, vous trouverez des informations théoriques sur les différents sujets abordés ainsi que des pistes d’action.
Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé(IREPS) Pays de la Loire / 17
L’IREPS Pays de la Loire pôle Maine et Loire vous propose cet outil pédagogique qui comprend de nombreuses pistes pour animer des séquences sur l’éveil sensoriel en lien avec l’acte alimentaire, auprès du tout public, chaque sens distinctement.
Cette outil est le fruit des expériences d’interventions d’éducation nutritionnelle et sensorielle, menées depuis quelques années, auprès d’enfants, d’adolescents, de parents, de seniors...
Cette façon d’aborder l’alimentation offre la possibilité de découvrir ou redécouvrir nos 5 sens, s’ouvrir à l’écoute des stimulations corporelles et environnementales, savoir décrire ses ressentis ; en d’autres termes, envisager les plaisirs alimentaires autrement.
Vous disposez de 5 affiches, qui peuvent être utilisées pour introduire ou conclure le travail autour des sens, et de 9 livrets :
- Une bibliographie sélective.
- Un livret par sens, comprenant un apport théorique ainsi qu’un apport technique d’ateliers
à réaliser. Pour vous guider dans votre lecture et dans la mise en place des ateliers, les fiches d’ateliers vous renseignent sur le temps approximatif nécessaire pour la préparation et pour effectuer l’atelier, sur le matériel nécessaire, le public cible (type de public…), les objectifs et la méthodologie, ainsi que quelques conseils (variantes d’ateliers…). Ces ateliers ne sont que des propositions, vous pouvez les agrémenter et adapter en fonction de votre public mais aussi de votre sensibilité personnelle. Certains outils sont mis à disposition dans ce support (photo-expression, les bruits de la cuisine) ; pour d’autres, un descriptif de préparation vous est proposé.
- Un livret « Les 5 sens » pour mettre en avant les 5 sens dans un seul et même atelier.
- Un livret pour vous aider dans la mise en place de l’évaluation de votre action
Ville de Bordeaux / 62
Livret d’aide à l’élaboration des repas pour les structures de petite enfance et les assistantes maternelles
« Il est essentiel, dès le plus jeune âge, de construire des comportements alimentaires favorables, d’apprécier les moments d’échange et de convivialité des repas, de découvrir la subtilité et la diversité des goûts, d’éviter les excès de certains aliments. »
C’est une responsabilité collective et celle de chaque famille, dans une période où l’enfant construit sa personnalité.
C’est ainsi que le Conseil local de santé de la Ville de Bordeaux élabore et met en oeuvre depuis 2001 un programme d’action local en partenariat avec divers services municipaux, les crèches, les écoles et les centres de loisirs de Bordeaux.
Au plan national, le premier Programme National Nutrition Santé (PNNS I : 2001- 2006) a établi un socle de repères nutritionnels qui constitue désormais la référence officielle française.
Conformes à la culture alimentaire française, ces repères associent à l’objectif de santé publique les notions de goût, de plaisir et de convivialité.
Le deuxième programme (PNNS 2 : 2006-2010) reprend et étend les principes et recommandations du premier programme. Il insiste particulièrement sur l’activité physique. Il vise entre autres à renforcer la consommation de fruits et légumes ainsi que l’allaitement maternel.
La Ville de Bordeaux, signataire de la Charte Ville Active du PNNS, s’est ainsi engagée à participer à l’atteinte des objectifs du PNNS en améliorant l’offre alimentaire et en menant des actions d’éducation nutritionnelle.
C’est dans ce cadre qu’en 2007, un groupe de travail réunissant des directrices et cuisinier(e)s de crèches volontaires s’est formé afin d’harmoniser les pratiques d’offre alimentaire sur l’ensemble des structures d’accueil de la petite enfance de la Ville de Bordeaux et diffuser les références nutritionnelles du PNNS.
Ce livret est le fruit du travail de ce groupe.
Il a vocation à être un guide pratique pour tous les professionnels de la petite enfance et leur permettre de disposer d’une base commune, essentielle à leur action.
Il pourra aussi favoriser le dialogue entre les professionnels et les parents en apportant des éléments de réponse aux principales questions que chacun se pose.
Latitudes jeunes / 68
Le Guide-Repères se veut très concret. Son but est d’amener les équipes à une nouvelle réflexion concernant l’alimentation, à initier un dialogue sans tabou et à oser aborder l’alimentation avec les jeunes ainsi qu’avec tous les acteurs en lien.
Ci-dessous, vous trouverez la structure du Guide-Repères, les différentes illustrations et pictogrammes :
- Des situations vécues:
Ces situations ont été rencontrées dans les centres de vacances ou dans des structures d’accueil extrascolaire, mais pourraient se transposer dans n’importe
quelle collectivité.
- Sous le coup de l’émotion :
Cette partie décrit le ressenti et les réactions des différents intervenants lorsqu’ils ont été confrontés à ces situations.
- Modèles éducatifs, d’autres postures :
Nos représentations individuelles des temps de repas et de la nourriture influencent nos pratiques pédagogiques. Celles-ci ont été déclinées dans un modèle à 7 couleurs.
- Une piste pour exploiter le concept des modèles éducatifs :
Une proposition pour les coordinateurs, responsables de projet ou formateurs qui souhaitent s’appuyer sur les modèles éducatifs pour y réfléchir avec leur équipe.
Fondation Nestlé France Croix rouge Française / 36
Cette animation pédagogique destinée à des jeunes (6e - 3e) a pour but de les sensibiliser à l’idée que bien vivre c’est aussi bien se nourrir et que quelques règles simples régissent les comportements alimentaires équilibrés. L’objectif est de les rendre autonomes et responsables dans leurs choix alimentaires quotidiens.
Cette animation vise également à sensibiliser les familles aux principes de l’équilibre nutritionnel par l’intermédiaire des jeunes eux-mêmes.
Cette animation répond à plusieurs objectifs :
- Proposer une initiation aux principes de l’équilibre nutritionnel dans le cadre d’une bonne hygiène de vie générale.
- Sensibiliser à la prévention de troubles de l’alimentation comme l’obésité ou l’anorexie sans proposer une approche médicale.
- Aborder des notions, complémentaires à celles déjà acquises ou apprises en cours, en lien avec l’alimentation et la vie quotidienne.
La logique de l’animation
- Bien manger, c’est bien vivre
- Bouge ton corps
- Construis ton équilibre
- Bien manger, quel plaisir !
Les quatre séquences de l’animation s’enchaînent pour aborder l’ensemble des notions nécessaires à la compréhension des règles de l’équilibre alimentaire et d’une bonne hygiène de vie générale et replacer l’alimentation dans un contexte plus vaste. Ces séquences sont précédées d’une séquence d’introduction permettant de bien connaître le groupe.
L’animation est bâtie pour que les participants puissent apprendre et manier un certain nombre de notions techniques, faire le lien avec leur vie, s’impliquer personnellement et, à terme, adapter leur comportement et celui de leur famille.